Comment faire une sodomie pour que sa partenaire apprécie

Comment gérer la sodomie

Beaucoup d’hommes fantasment sur la sodomie, et désespèrent que leur partenaire ne soit pas toujours partante pour tester cette pratique à sensation forte, qui n’est pas aussi anodine qu’une pénétration vaginale. Il y a beaucoup de raisons à cela (peur d’avoir mal, perception de la sodomie comme une pratique sale, ou réservée aux pervers, aux homosexuels), mais en réalité, beaucoup plus de personnes la pratique au quotidien, et la sodomie reste une forme de sexualité plutôt banale, qui touche tout le monde. Au fond, ce n’est qu’une position, qui n’a pas toujours une image très consensuelle, mais une position qui permet d’explorer le sexe différemment, et de découvrir de nouvelles sensations.

Et si beaucoup de femmes refusent la possibilité de la pénétration anale, c’est souvent parce que leur homme ne sait pas vraiment s’y prendre. En effet, la pire chose que vous puissiez faire si vous vous demandez comment faire une sodomie est d’y aller la fleur au fusil, sans a prévenir. Bien sûr, il est tout à fait compréhensible de vous laisser porter par votre envie en plein acte, et de tenter de passer d’une pénétration vaginale à une pénétration anale, mais ce n’est juste pas poli. Au mieux, elle vous rembarrera gentiment, au pire, elle se braquera et vous pourrez dire adieu à votre orgasme (et à toute chance de retenter la sodomie à l’avenir).

Si la sodomie repose donc sur la communication (avant, pendant et après), il existe aussi quelques astuces que vous devez connaître pour vous assurer qu’elle prenne du plaisir, et ait envie d’y revenir. Tout va se jouer sur la confiance que vous allez parvenir à instaurer avec elle, à l’intimité qui existe déjà entre vous (et en partie à son expérience sexuelle, car la sodomie est encore moins anodine si elle découvre à peine le plaisir sexuelle) et à une bonne préparation. Pour que vous sachiez comment faire une sodomie, et pourquoi pas que la pénétration anale devienne un plaisir partagé entre vous et votre partenaire, voici tout ce que vous devez savoir avant de vous lancer.

Commencez par en parler ensemble

C’est bien connu, les femmes ont besoin de communiquer en matière de sexe. Je l’ai toujours dit, votre quête la plus importante n’est pas tant celle de son point G, mais de son point C (son cerveau). Et pour le stimuler, il faut parler. Cela vaut encore plus pour la sodomie, surtout si c’est sa première fois et qu’elle est super réticente à chaque fois que vous aborder le sujet. Si vous voulez avoir une chance d’accéder au bonheur suprême de la pénétration anale, vous allez devoir la convaincre, et cela bien avant de vous retrouver au lit avec elle.

comment faire sodomie

La clé est de réussir à dédramatiser l’acte. Plus facile à dire qu’à faire car à ses yeux, tout ce que vous direz n’aura pour but que de la faire céder. Il faut bien comprendre que beaucoup de femmes ont peur que la sodomie soit douloureuse, ou de se retrouver dans une position dégradante. Il va donc falloir faire preuve d’humour, de tendresse, mais surtout de compassion pour bien lui faire comprendre que vous ne ferez rien qu’elle n’a pas envie de faire, et qu’à partir du moment où la pénétration anale sera trop douloureuse, vous vous retirerez. Le plus important est qu’elle puisse vous faire confiance.

Pour avoir plus de chance de la convaincre, il va aussi falloir lui sortir de la tête que c’est votre fantasme numéro 1. Si elle vous sent trop insistant, elle risque de se braquer. Ne lui mentez pas non plus sur votre expérience, et n’hésitez pas à lui dire si c’est votre première fois. Elle sera au contraire moins intimidée si elle sait qu’il s’agira d’une première fois pour vous deux. Insistez plutôt sur le potentiel jouissif que représente la pénétration anale et donnez un charme érotique à cette pratique un peu sale, pour qu’elle la perçoive avec un autre regard (le vôtre, en l’occurrence).

Comment faire une sodomie : amenez les choses de manière naturelle pendant l’acte

Une fois que vous en aurez bien discuté ensemble, et de préférence en attendant plusieurs jours afin qu’elle est le temps de s’habituer à l’idée (et d’en parler avec ses copines, qui peuvent l’aider aussi à dédramatiser), vous pourrez passer aux choses sérieuses.

Pendant vos ébats, il est absolument interdit d’essayer de la sodomiser sans l’avoir prévenu (même si vous en avez discuté avant). Le mieux serait qu’elle vous propose la pénétration anale d’elle-même. Attention, car elle ne le fera généralement pas de façon explicite. A vous d’être attentif aux signaux qu’elle peut vous donner. La cambrure de ses reins, un regard insistant peuvent être le signal qu’elle est prête.

faire une sodomie

Et si l’invitation que vous attendiez tant tarde à venir, la meilleure chose que vous pouvez faire est de faire durer les préliminaires. Plus elle sera excitée (et plus elle sentira que votre plaisir compte pour vous), plus elle se sentira en confiance. Pour préparer le terrain, vous pouvez éventuellement commencer par lui lécher l’anus, ou par la doigter délicatement afin qu’elle comprenne vos intentions avant de passer directement à la pénétration (et puisse se rétracter si elle le désire). C’est aussi un bon moyen de lui faire découvrir progressivement, et toute en douceur, les zones érogènes de cette partie de son corps dont elle ignore encore tout. Et un bon moment pour vous de vous familiariser avec son anus, et tester votre envie, confirmer ou non que vous êtes bien aussi à l’aise avec la sodomie que vous pouviez le penser.

Et pendant l’acte … comment gérer la pénétration anale ?

Ça y est, vous avez atteint votre but et vous la pénétrez analement. Pour savoir comment faire une bonne sodomie, il faut aussi apprendre à gérer l’acte en lui-même, et à ne pas vous laisser dépasser par les évènements. Premier avertissement : faites bien attention au lubrifiant. Si vous avez décidé d’en utiliser (pour faciliter la pénétration anale), allez-y doucement, au risque d’être happé et d’y aller trop vite.

Le mieux reste de vous laisser guider par votre partenaire. C’est elle qui saura ce qui lui procure du plaisir, le rythme avec lequel elle est le plus à l’aise. Vous allez donc devoir être très attentif aux signes qu’elle vous donne.

Attendez que son rectum se soit habituer à votre pénis avant de commencer le va-et-vient. Commencez par y aller le plus doucement possible et suivre le rythme de ses reins pour ne pas lui imposer une cadence trop brusque.

N’ayez pas peur des accidents : ça arrive !

Si vous voulez savoir comment faire une sodomie, il va aussi falloir vous habituer à l’idée que la pénétration anale peut provoquer des petits accidents. Rien de dramatique, mais mieux vaut s’y préparer pour savoir comment réagir sur le moment, et ne pas les laisser gâcher votre plaisir.

Comment lui faire aimer la sodomie ?
Il faut savoir qu’il est recommandé de faire un (voir plusieurs) lavements anaux avant la sodomie. Malheureusement, cela peut complètement casser la spontanéité de l’acte, et pour une première fois, ce n’est pas toujours techniquement possible. Dans ce cas, mieux vaut préparer des serviettes (de type lingettes pour bébés) afin de parer aux imprévus. Evitez aussi une lumière trop crue, pour ne pas que votre partenaire se sente coupable, et ne pas briser la magie de votre première sodomie ensemble.

Et si la vue, et l’odeur, de matière fécale vous dégoute, c’est tout simplement que la sodomie n’est pas faite pour vous, ou qu’il est préférable de bien la planifier afin que vous soyez tous les deux à l’aise.

Gérer l’après sodomie

Si vous voulez connaître les secrets d’une sodomie réussie, le plus important n’est pas dans l’avant, le pendant, mais surtout dans l’après. Car tout se joue sur ce que vous allez faire et dire une fois que vous vous serez retiré. Avant toute chose, préparez-vous à être exfiltré presque naturellement de son anus, car ce dernier va se retracter de lui-même. Evitez d’attendre avant de sortir et faites-le de préférence dès que vous sentirez que son anus se rétracte, car même si la pénétration a pris fin, cette zone restera très sensible. N’oubliez pas les traces qu’il peut y avoir sur la capote, et pour éviter le malaise, jetez-la immédiatement sans attendre que votre partenaire tombe dessus.

Même si je conseille toujours aux hommes de prendre le temps des calins post-coitales, de manière générale, c’est d’autant plus important après une sodomie. Votre copine peut se sentir plus vulnérable, appréhender votre réaction, et être gênée par des « trous d’air ». Ne faites pas comme s’il s’agissait d’un rapport banal, et soyez encore plus proche d’elle, plus tendre et plus doux que vous ne le seriez après une pénétration vaginale. Elle a besoin de se sentir aimée, de savoir que ça vous a plus, et que la sodomie n’a rien changé dans la perception que vous avez d’elle (ou tout du moins si c’est le cas, que c’est à son avantage).

Dernier conseil, reparlez-en très vite. Demandez-lui ce qu’elle a ressentie pendant l’acte, si ça a été agréable pour elle et si elle aurait envie de recommencer. Et n’oubliez pas de lui dire ce que vous avez apprécié, et même de la remercier pour vous avoir fait confiance.

A lire aussi : conseils pour bien faire un cunnilingus.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*